René Lalique

Bacchantes
© René Lalique
env. 1930
H. 23.9cm
Verre

Lalique SA (siège social)

11 rue royale 75008 paris
Tel : +33 (0)1 53 05 12 12
info@lalique.fr

Visiter Site

Technique : Le verrier à la main fabrique des produits utilitaires ou décoratifs pour les arts de la table, des objets en verre pour l’éclairage et des créations artistiques. Il met en œuvre des techniques de cueillage, de soufflage et de façonnage du verre ou du cristal. Il prépare d’abord la matière première, les moules et les outillages. Ensuite, il “cueille” dans le four une boule de matière, verre ou cristal, en fusion à l’aide d’un tube d’acier creux appelé “canne”. Puis, il souffle et simultanément tourne cette canne pour former une ébauche de la pièce creuse à fabriquer. Peuvent suivre alors des opérations de taille, de gravure et de décoration.

René Lalique : A 16 ans il commence son apprentissage avec un joailler parisien, Louis Aucoq. En 1885, il ouvre sa propre joaillerie. Lalique est reconnu comme un des concepteurs de bijoux les plus importants de l’art nouveau français, en créant des pièces innovantes et originales. Tout en gardant les sources d’inspiration de l’art nouveau, faune et flore, dont le paon, divers insectes et parfois un bestiaire fantastique, il innove en utilisant des matériaux peu usités pour la bijouterie à cette époque : le verre, l’émail, le cuir, la nacre et préférant souvent les pierres semi-précieuses aux pierres précieuses.

Lalique meurt le 5 mai 1945 mais l’entreprise lui survit grâce à son fils, Marc, qui lui succède. Il remplace le verre par le cristal dont il parvient, comme son père, à tirer les meilleurs avantages tant sur le plan technique qu’esthétique. A son décès, c’est Marie-Claude Lalique, sa fille, qui reprend les rennes de la société. Lalique passera ensuite aux mains du groupe Pochet et Silvio avant d’être racheté par la société suisse Art & Fragrance qui en est propriétaire depuis février 2008.