Sophie Mallebranche

Rideau pour la salle de restaurant du Plaza Athénée, Paris
© Sophie Mallebranche
2004/2005
L : 26000mm, l : 0mm, H : 3000mm, Poids : 216Kg
Chaine de tissage : toron d’acier inoxydable / trame de tissage : fil d’acier inoxydable diamètre 0.35mm.

Ateliers Sophie Mallebranche
20 rue de l’abbé de l’épée
75005 Paris
06 22 19 72 03
contact@sophiemallebranche.com

Visiter Site

En 1994, elle part faire ses études à Paris, et intègre l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré dans la spécialité « textile ». D’emblée, la jeune designer confronte les matières industrielles aux techniques textiles manuelles. Elle utilise des fils d’inox, de silicone ou de cuivre émaillé (sur mesure en Suisse) sur des métiers à tisser à la main. En chaîne, l’inox ; en trame, le cuivre. Des applications diversifiées naissent de ses créations, captent la lumière autant qu’elles la laissent passer. « On reste suspendu à ses fils, à la fois capté et en apesanteur, là où la transparence se fait structure, où le métal se faufile, ondule, scintille et croise un brin de soie, un ruban de velours, une pierre de lune, un morceau de lune dépolie, ou encore un incongru tube de silicone (…) »

Sophie Mallebranche crée des collections de matières innovantes en métal à destination des prescripteurs en architecture et en décoration.

Ces matériaux somptueux, créés et fabriqués en France, s’incarnent aujourd’hui dans une offre en “industriel sur mesure”, pour des projets d’espaces et d’objets luxueux. Elle met au point une nouvelle collection par an. Cette recherche permanente allie défi chromatique, technicité et qualités d’applicabilité.
Les fils utilisés sont fabriqués spécifiquement aux projets afin de maîtriser la résistance aux UV, la résistance à l’humidité, la brillance des couleurs et la densité de pigmentation. Pour la créatrice textile Sophie Mallebranche et son associé Guillaume Danset, la nouvelle décennie résonne comme une ère nouvelle. « Sophie Mallebranche devient une marque de la nouvelle entité Material Design group ». On connaissait les spectaculaires et précieux textiles tissés de fils métalliques qui valurent à la designer le prix Talents à la Carte en 1999 et une étoile de l’Observeur du Design en 2006. Abat-jour géant pour Guerlain, parement de façade pour le Drugstore des Champs-Elysées à Paris, rideaux monumentaux pour le Plaza Athénée à la demande du designer Patrick Jouin… l’extraordinaire n’effraie pas la singulière créatrice.

En 2008, Sophie se rapproche de la maison Toiles de Mayenne qui, malgré son grand âge (l’entreprise a été fondée en 1806), accepte de relever le défi. Ensemble, ils expérimentent, tâtonnent, adaptent les outils pour parvenir en janvier 2010 à finaliser un outil industriel totalement adapté, capable de tisser le métal à grande échelle. Le Centre Francilien de l’Innovation, qui avait déjà soutenu la créatrice à ses débuts, l’accompagne pas à pas dans ce développement. « Autrefois, on ne pouvait tisser que 10 à 15cm par heure, explique Sophie, grâce à ces machines, on passe à 2 m/h. L’accompagnement du Centre Francilien de l’Innovation m’a vraiment permis de faire aboutir ce projet. Ca a été une formidable opportunité. »